CHASSE ACTU

 

nette rousseBien qu'elle soit rangée parmi les canards plongeurs, elle forme plutôt une sorte de transition entre les canards plongeurs et les canards de surface. Elle est presque constamment sur l'eau mais elle ne plonge que rarement.

Autour du bassin méditerranéen, elle est parfois sédentaire ou erratique.

Seule la femelle couve ses œufs et conduit ses canetons de deux mois à l'eau.

 

Caractéristique :

Elle mesure de 53 à 57 cm et pèse de 830 g à 1420 g, pour une envergure de 84 à 88 cm. Son bec est assez pointu pour un palmipède. Le mâle en plumage nuptial a le dos brun gris, les flancs blancs, la tête et la gorge roux doré, son bec et ses pattes sont rouges. La femelle est plus discrète car elle doit passer inaperçue pendant la couvaison, dessus de la tête brun, joues blanc grisâtre, dos brun, dessous plus clair. La tête paraît grosse à cause de son plumage.

 

Comportement et reproduction :

Vivant surtout dans les zones d'eau douce ou saumâtre bordées de végétation, on la trouve de l'Espagne au Danemark et sur les rivages de la Mer noire. Elle hiverne surtout en Espagne et en Camargue (99 % des individus vivant en France). C'est un oiseau très grégaire en hiver.


Migration : L'été on la trouve partout en Europe jusqu'au Danemark. Elle hiverne sur les côtes méditerranéennes (jusqu'à 45 000 individus à Gallocanta). La nette rousse parcourt donc environ 3000 kilomètres lors de sa migration.


La femelle atteint sa maturité sexuelle vers l'âge de un an et pond une fois par an de 8 à 10 œufs couleur crème dans un nid construit à même le sol. L'incubation dure 26 à 28 jours. Les canetons sont nidifuges, ils prennent leur envol dans un délai de 40 à 50 jours après leur naissance. En France, la nette rousse se reproduit principalement en Camargue.

 

Alimentation :

Elle se nourrit essentiellement de plantes et de graines aquatiques mais parfois aussi de petits invertébrés qu'elle trouve en eau peu profonde, elle plonge de 2 à 4 mètres de profondeur (temps d'immersion : 6 à 10 secondes).

 

 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours