CHASSE ACTU

 

fuligule milouinanCaractéristique :

Quelques critères évidents permettent une facile reconnaissance : à tout âge, il a une silhouette massive, un bec large et un crâne arrondi. Le mâle fuligule milouinan possède une tête, une poitrine et un arrière du corps noirs contrastant particulièrement avec le dessus gris, le ventre et les flancs blancs. La femelle est brun terne avec un large anneau blanc à la base du bec. Quelques discrètes taches blanches sont présentes à proximité du bec. Les juvéniles se caractérisent par une absence de blanc à la tête, ce qui entraîne parfois la confusion avec le fuligule morillon.

 

Comportement et reproduction :

Comme beaucoup de canards migrateurs dont l'aire de nidification est située dans la zone boréale, le fuligule milouinan possède deux habitats bien distincts mais tous deux liés au milieu aquatique. En été, il fréquente les étangs et les lacs de la toundra et de la taïga voisine. En hiver, il habite le littoral marin, les estuaires et les baies abritées où les rassemblements peuvent être importants sur les sites nourriciers. Bien qu'essentiellement marin en hiver, on note de petits effectifs réguliers sur les pièces d'eau de l'intérieur.


Le fuligule milouinan est un canard plongeur très performant dans ce type d'exercice, même en grosse mer. Il peut plonger jusqu'à 6 mètres de profondeur et rester immergé pendant près d'une minute.

Cette espèce migre tard, quelquefois juste avant la prise des glaces. Ces oiseaux volent en bandes serrées, à coups d'ailes rapides et leur formation de vol est plutôt irrégulière. La plupart rejoignent les côtes de l'Europe Occidentale. En France, d'importantes colonies sont présentes en Normandie et en Bretagne. Mais elles se dirigent aussi vers la mer Noire, la mer Caspienne et la Méditerranée (présence conséquente en Camargue).

Le nid est un simple creux ou une modeste dépression à l'abri de la végétation, garni d'herbes et du duvet de la femelle. Elle y pond 8 à 11 oeufs dont elle assure seule la couvaison. L'incubation dure entre 26 et 28 jours.

 

Alimentation :

Son alimentation est fortement liée à ses lieux d'habitat, ce qui prouve ses grandes qualités d'adaptation. En été, dans la toundra, son régime est plutôt basé sur la consommation de végétaux et d'insectes. En hiver, la priorité est donnée aux mollusques, crustacés et vers marins. Bien que ce fuligule soit réputé omnivore, les plus grosses concentrations hivernales s'observent au dessus des importants gisements de mollusques, notamment ceux de moules Les plus fortes bandes peuvent compter plusieurs milliers d'oiseaux.

 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours