CHASSE ACTU

Fuligule milouin



fuligule milouinCaractéristique :

Le milouin, canard plongeur de taille moyenne (750 g à 1,2 kg) appartient à la famille des Anatidés. Il peut s'immerger jusqu'à 4 mètres pendant 15 à 30 secondes pour chercher sa nourriture, essentiellement végétale.

La femelle a un plumage brun assez neutre, tandis que la mâle en plumage nuptial a des couleurs plus voyantes : corps gris pâle, plastron et arrière noir, tête et cou brun rouge, ce qui lui valu en Dombes le nom de "Rougeot". Lorsqu'il est en plumage d'éclipse, son oeil rouge permet de le différencier de la femelle dont le plumage est alors identique.

 

Comportement et reproduction :

En période de nidification, il fréquente les lacs et étangs d’eau douce ou saumâtre, les marais aux eaux ouvertes de profondeur moyenne (moins d’un mètre) et les plans d’eau artificiels (réservoirs agricoles, étangs de pisciculture, sablières, gravières, lacs de barrage…) riches en benthos et en végétation immergée.

C'est un oiseau grégaire, qui forme de larges bandes en hiver (jusqu’à 500 oiseaux). Il s'associe volontiers à d'autres espèces de canards, surtout les fuligules morillons ou milouinans mais reste néanmoins groupé avec ses congénères au sein de ces troupes mixtes.

Parc de chasse de Baville

Le Fuligule milouin est essentiellement migratrice mais des populations de l’Ouest de l’Europe sont résidentes ou partiellement migratrices. Les populations de Scandinavie, du Danemark, de l’Allemagne du Nord, de Pologne et des pays Baltes migrent à l’ouest et au sud-ouest pour hiverner en Allemagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Irlande, en France et au nord-ouest de l’Afrique.

Le Fuligule milouin hiverne un peu partout en France. Les plus grandes concentrations d’oiseaux se rencontrent en Dombes (01), en Camargue (13), sur le lac de Grandlieu (44), en Champagne/Lorraine (51,54), sur le cours du Rhin (67), dans le Golfe du Morbihan (56) et en Corse du Sud (étang de Biguglia).


La saison de reproduction commence à partir de la mi-avril dans le nord et l’ouest de l’Europe.

Le nid est situé sur le sol à proximité immédiate de l’eau (moins de 10 m généralement) dans les peuplements denses de roseaux ou de joncs. Le nid est une dépression bordé de roseaux, de joncs, d’herbes et de feuilles, et garni du duvet de la femelle.

La femelle pond 8 à 10 œufs ovales de couleur gris-vert. L’incubation dure entre 24 et 28 jours et est assurée par la femelle uniquement. Les jeunes sont nidifuges et se nourrissent seul. La femelle s’occupe d’eux jusqu’à leur envol après 50 à 55 jours.

 

Alimentation :

Le Fuligule milouin s’alimente à la fois de plantes et d’animaux. La proportion varie en fonction des saisons et de la localité géographique. Néanmoins, il se nourrit surtout de graines, de racines, de feuilles et de bourgeons de plantes aquatiques telles que les lentilles d'eau et les potamots. Il capture également des mollusques, des crustacés, des vers et des larves d’insectes. Le milouin s'alimente principalement le matin et le soir.

 

 



fuligule milouinCaractéristique :

Le milouin, canard plongeur de taille moyenne (750 g à 1,2 kg) appartient à la famille des Anatidés. Il peut s'immerger jusqu'à 4 mètres pendant 15 à 30 secondes pour chercher sa nourriture, essentiellement végétale.

La femelle a un plumage brun assez neutre, tandis que la mâle en plumage nuptial a des couleurs plus voyantes : corps gris pâle, plastron et arrière noir, tête et cou brun rouge, ce qui lui valu en Dombes le nom de "Rougeot". Lorsqu'il est en plumage d'éclipse, son oeil rouge permet de le différencier de la femelle dont le plumage est alors identique.

 

Comportement et reproduction :

En période de nidification, il fréquente les lacs et étangs d’eau douce ou saumâtre, les marais aux eaux ouvertes de profondeur moyenne (moins d’un mètre) et les plans d’eau artificiels (réservoirs agricoles, étangs de pisciculture, sablières, gravières, lacs de barrage…) riches en benthos et en végétation immergée.

C'est un oiseau grégaire, qui forme de larges bandes en hiver (jusqu’à 500 oiseaux). Il s'associe volontiers à d'autres espèces de canards, surtout les fuligules morillons ou milouinans mais reste néanmoins groupé avec ses congénères au sein de ces troupes mixtes.

Le Fuligule milouin est essentiellement migratrice mais des populations de l’Ouest de l’Europe sont résidentes ou partiellement migratrices. Les populations de Scandinavie, du Danemark, de l’Allemagne du Nord, de Pologne et des pays Baltes migrent à l’ouest et au sud-ouest pour hiverner en Allemagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Irlande, en France et au nord-ouest de l’Afrique.

Le Fuligule milouin hiverne un peu partout en France. Les plus grandes concentrations d’oiseaux se rencontrent en Dombes (01), en Camargue (13), sur le lac de Grandlieu (44), en Champagne/Lorraine (51,54), sur le cours du Rhin (67), dans le Golfe du Morbihan (56) et en Corse du Sud (étang de Biguglia).


La saison de reproduction commence à partir de la mi-avril dans le nord et l’ouest de l’Europe.

Le nid est situé sur le sol à proximité immédiate de l’eau (moins de 10 m généralement) dans les peuplements denses de roseaux ou de joncs. Le nid est une dépression bordé de roseaux, de joncs, d’herbes et de feuilles, et garni du duvet de la femelle.

La femelle pond 8 à 10 œufs ovales de couleur gris-vert. L’incubation dure entre 24 et 28 jours et est assurée par la femelle uniquement. Les jeunes sont nidifuges et se nourrissent seul. La femelle s’occupe d’eux jusqu’à leur envol après 50 à 55 jours.

 

Alimentation :

Le Fuligule milouin s’alimente à la fois de plantes et d’animaux. La proportion varie en fonction des saisons et de la localité géographique. Néanmoins, il se nourrit surtout de graines, de racines, de feuilles et de bourgeons de plantes aquatiques telles que les lentilles d'eau et les potamots. Il capture également des mollusques, des crustacés, des vers et des larves d’insectes. Le milouin s'alimente principalement le matin et le soir.

 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours