CHASSE ACTU

Tourterelle des bois

tourterelle des boisLa tourterelle des bois appartient à la famille des colombidés qui regroupe les pigeons et tourterelles. Oiseau migrateur transsaharien son aire de répartition s'étend sur toute l'Europe, l'Asie et l'Afrique du Nord.

Les effectifs de tourterelle des bois ont décliné depuis plusieurs années (en Grande Bretagne de 70 % durant la période de 1970 à 2000), sous la conjugaison de plusieurs facteurs : disparition d'habitats favorables à la nidification (boqueteaux, haies), pratiques culturales (herbicides), conditions climatiques (sécheresse dans les zones d'hivernage), chasse.


La remontée des effectifs passe notamment par la restauration et la gestion des habitats favorables à la reproduction et la connaissance et le contrôle des prélèvements.

 

Caractéristique :

L’oiseau mesure environ 28 cm et pèse en moyenne 150 g. Le plumage est quasiment identique chez le mâle et la femelle. La tête et le cou sont gris, la gorge nuancée de rose (plus foncée chez le mâle), le dos brun-gris, le ventre et le dessous de la queue blanc. Le dessus des ailes est d'aspect écailleux, noir et marron, et le dessous gris-bleu. Un damier noir et blanc chez les adultes est dessiné de chaque côté du cou. Le bec est noir, les pattes rouges, l'iris orangé.


Les jeunes se reconnaissent les premiers mois à l'absence du damier sur le cou, une couleur plus marron et des liserés clairs sur les ailes.

Elle se différencie des autres colombidés, par sa plus petite taille, son vol plus rapide, le contraste entre le ventre blanc et le dessous des ailes gris en vol et son roucoulement typique doux et roulé répété de deux à six fois.

 

Parc de chasse de Baville

Comportement et reproduction :

L’espèce affectionne les paysages bocagers et ouverts, riches en bois, bosquets et buissons qui bordent des zones cultivées, propices à l'alimentation et à la nidification mais également proche de points d'eau car elle a besoin de boire quotidiennement. En général, elle nidifie en plaine et évite la montagne. Bien que présente sur l'ensemble du territoire, elle évite les centres urbains et les grands massifs forestiers.

Fin avril, les mâles arrivés sur les places de nidification, font entendre leur roucoulement dès les premières heures du jour. De mai à juillet, deux à trois pontes de deux oeufs sont déposées dans des nids de brindilles, situés généralement à moins de 2,5 m du sol, de préférence dans des arbustes épineux (aubépines, ou prunelliers), ou bien envahis par des lianes, telles que ronces, clématite, chèvrefeuille (noisetiers, Cornouiller, Sureau....). L'incubation dure 14-15 jours et les jeunes nourris au nid, sont capables de voler dès l'âge de deux semaines. La survie juvénile avant l'envol est estimée à 50 % avec comme principale cause de mortalité la prédation et dans une moindre mesure des aléas climatiques.

Alimentation :

Son alimentation est constituée principalement de graines et de fruits qu'elle trouve sur le sol, mais elle peut être enrichie occasionnellement de mollusques et insectes. Au printemps, elle recherche tout particulièrement les graines d'adventices (mauvaises herbes). L'été, ses préférences vont dans l'ordre chronologique aux graines de colza, de céréales et de tournesol.

 

Migration et hivernage :

 

Toutes les populations fréquentant l'Europe sont migratrices. En France, la tourterelle des bois quitte ses aires de reproduction de la mi-août à la mi-septembre pour aller rejoindre les zones d'hivernage d'Afrique tropicale (Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Mali) et revient en avril pour nidifier.

 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 6 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 6 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 7 jours