CHASSE ACTU

Gibier d'eau : quel appeau choisir ?



Introduction :

Dans nos rayons depuis plusieurs années déjà, les appeaux ne sont populaires que depuis 3 ou 4 ans. Le marché était alors dominé par des sociétés fabricant des appeaux à la chaîne qui ne reproduisaient que très médiocrement le chant de l’oiseau auquel ils étaient destinés. Puis sont apparu dans nos boutiques de chasse des appeaux fabriqués à la main aux Etats-Unis d’une qualité largement supérieure, qui s’explique par le fait qu’outre Atlantique l’utilisation d’appelant est formellement interdite, les chasseurs ont donc dû ruser afin de créer un ustensile qui reproduit à la perfection le chant d’un oiseau. 

appeaux pour la chasse au gibier d'eau

 

Avec ces appeaux sont apparu des nouvelles matières telle que l’acrylique, mais également une nouvelle méthode de fabrication beaucoup plus précise puisque, vous vous en apercevrez au fur et à mesure de cet article, le réglage d’un appeau s’effectue au millimètre !

 

Les appeaux

Un appeau est constitué de deux principales parties : L’insert et le barrel. L’insert est la partie où prend position votre main, sa forme et le diamètre du trou où est expulsée l’air joue un rôle déterminant dans la qualité et la puissance du son.  Le Barrel quant à lui reçoit vos lèvres sur sa partie extérieure et les « lamelles » ou « anches » ou encore « Reed » en Anglais à l’intérieur. Une fois encore, sa forme et sa taille détermine les résultats.

 

appeau_chasse_canards 

Il existe deux catégories d’appeaux : les simples et les doubles anches. Les simples lamelles sont plus complexes d’utilisation que les doubles. Leur fonctionnement nécessite moins d’air, par conséquent ils permettent de longs appels semblables à une « chanteuse ». Les appeaux à doubles anches sont quant à eux plus facile d’utilisation en revanche leur panel de sons est inférieur et ils sont plus gourmand en air.

Appeau simple et double anches

Certains appeaux portent l’appellation Open ou Timber. Les appeaux Open (ou open water), qu’ils soient simples ou doubles anches, sont destinés à une utilisation en espace ouvert (plaines, grands marais, etc…), ils produisent un son puissant. A contrario, les Timber eux sont réservés aux lieux plus fermés (bois inondés, marais fermés, etc…), leurs sons est plus rauque.

 

Enfin, les appeaux couramment rencontrés peuvent être constitué de trois matières : l’acrylique, le polycarbonate ou encore le bois. L’acrylique est une matière très dense, il offre un son plus clair et plus fort. Les appeaux Open sont majoritairement fabriqués en acrylique. En revanche, cette matière est très onéreuse ce qui influe sur le cout final de l’appeau. Le bois permet un son très réaliste mais peu puissant, il est réservé pour les appels « de finitions » ou très proches. Il nécessite une attention permanente puisque très fragile, le sécher après chaque sortie est indispensable. Enfin, le polycarbonate (plastique moulé) se situe entre l’acrylique et le bois en termes de niveau et puissance du son ainsi qu’en netteté.

 

Comment choisir son appeau :

Il faut procéder par étapes : tout d’abord, déterminer si votre préférence est aux simples ou doubles anches. Ensuite, le choix d’un appeau dépend de votre (vos) lieu(x) de chasse. Enfin, votre budget déterminera le modèle précis ainsi que la matière dont sera constitué votre appeau.

Par exemple, si vous chassez dans un grand étang, très ouvert, où vous devez attirer les canards à grandes distances, un appeau simple anche Open en acrylique vous permettra très probablement d’ajouter de la réussite à vos chasses. Si en revanche, vous souhaitez investir dans un premier appeau, vous n’en avez jamais utilisé, optez pour un appeau double anche en polycarbonate qui évitera de vous ruiner.

Il est également important de sélectionner l’endroit où vous aller acquérir un appeau. A la manière des armes, les petites boutiques spécialisées offrent un service supérieur aux grandes surfaces, leur sélection est généralement rigoureuse et ils sauront probablement mieux vous guider dans le choix d’un appeau.

 

3 appeaux de chasse pour le canard et les oies

Comme vous l’avez probablement remarqué, nous n’avons pas évoqué la matière PVC, les appeaux constitués de ce plastique seront classés « hors catégories », généralement fabriqués à la chaîne très rarement conçu par des chasseurs spécialistes… 

En résumer un appeau doit répondre aux questions de distances, volume, matériel de fabrication et cout afin de vous compléter.

Il existe également une gamme d’appeaux destinée à la sauvagine : appeau à canne sarcelle, à chipeau, à mâle colvert, à mâle sarcelle, etc… Ces appeaux peuvent apporter une aide non négligeable lors d’une partie de chasse où les oiseaux sont réticents. Généralement proposés à des tarifs très intéressant (moins de 20€ l’appeau), ajouter ces modèles sur votre collier peut faire la différence. Trois marques d’outre Atlantique propose ce genre de modèle : Duck Commander, Primos et Haydel’s ; le choix est plutôt restreint donc.

Enfin, vous pouvez également trouver des appeaux à oie : cendrée, moisson, rieuse et depuis peu… bernache. Leur utilisation est beaucoup plus complexe qu’un appeau à canne colvert, une longue période d’entrainement est requise avant de maîtriser l’appel de ses oiseaux.

Chasse à l'oie


Concernant l’oie cendrée, il n’existe que peu d’appeaux efficaces, leur utilisation requiert un entrainement assidu avant d’apprécier pleinement les subtilités des appeaux disponibles. Le choix d’un modèle particulier est avant tout lié à votre budget : un modèle en bois entrée de gamme, relativement plus facile d’utilisation que ses compères en polycarbonate, est affiché aux alentours de 40€ chez les revendeurs, alors qu’un modèle supérieur en plastique moulé, qui offre un éventail de sons infini et très réaliste, mais qui demande hélas de la maîtrise, est proposé aux alentours de 60€.


Concernant les appeaux pour oie rieuse, la gamme est très vaste, leur tarif oscille entre 20 et 180 euros, la matière employée, la finesse de réglage des lamelles, leur méthode de fabrication, etc… sont autant de caractéristiques qui influe sur le tarif final. Il faut donc dans un premier temps déterminer votre budget, débuter avec un appeau d’entrée de gamme peut être une solution si les occasions de l’utiliser sur des oies sauvages sont peu nombreuses. En revanche, un appeau en polycarbonate milieu de gamme offre une gamme de sons supérieure et est plus facile d’utilisation, les tarifs naviguent entre 50 et 80 euros. Pour conclure, si vous souhaitez vous équiper à long terme, un appeau en acrylique est la meilleure solution : la gamme de sons est infinie mais requiert une certaine technique d’utilisation.

 

Conseils d’utilisation :

Tout d’abord, la position de la main est primordiale dans la tonalité du son souhaité : l’insert de l’appeau doit être entre votre pouce et votre index, il vous faudra ensuite ouvrir / fermer vos autres doigts afin de jouer sur le  volume des sons. Votre bouche doit quant à elle, être posée sur le barrel de la même façon que vos lèvres sur le goulot d’une bouteille.

 

 

Appeau polycarbonate ou acrylique

 

Il existe certains mots clés qui vous permettront d’effectuer différents types d’appels très facilement : par exemple dans l’objectif d’imiter une canne long-cris, prononcez de manière crescendo et de plus en plus court « Tiiiiiii[…]iiic – Tiii[…]iic – Tiiiiiiic - … » tout en ouvrant vos trois doigts à chaque nouvelle note. Faire la cour-cris et ses « coink » distinctif, souffler en prononçant « Dwit – Dwith » et en ouvrant vos doigts à chaque note.

Garder en tête qu’il est totalement inutile, voire handicapant, de rentrer l’insert dans sa bouche. Pensez à garder l’appeau contre votre corps, à l’intérieur de votre veste par exemple, l’hiver afin d’éviter que votre salive ne se transforme en fines pellicules de glace qui provoqueraient de très désagréables sons. Autre petite astuce, dès la première utilisation, pensez à ouvrir l’appeau et à tracer un trait au marqueur entre la lamelle et l’insert, ainsi si l’appeau vient à se dérégler, il vous sera très facile d’y remédier. Si vous êtes propriétaire d’un appeau en bois, pensez à le faire sécher dès votre chasse terminée. Ne le rangez pas dans une pièce humide, le bois est sensible aux moisissures…

Sébastien Privas pour Chasse Passion

La chasse aux canards et oies

 


Communauté

  • jeanmi43s histoires de chasse
    Il y a 2 jours

    La situation était des plus critiques, car partout c'était la mort en perspective. En brave, qui n'ignore pas que c'en est fait de lui, mais qui du moins veut lutter jusqu'au bout et vendre chèrement sa vie, le sanglier vint s'adosser contre le mur et fit tête à la meute grouillante et mordante qui en un instant l'assaillit de tous cotés, cherchant à le saisir aux écoutes.
    Raidissant ses membres puissants et se secouant de droite et de gauche, le ragot se débarrassa de la grappe dévorante qui lui tenaillait la chair, puis, comme la foudre, tombant au milieu des chiens,

    jeanmi43s il décousit en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, trois des plus mordants, puis, de nouveau vint s'acculer au mur. L'œil en feu, les soies hérissées, le ragot était vraiment superbe d'attitude à cette heure, et bien que blessé déjà et perdant son sang en abondance, il semblait de taille et de force à continuer longtemps encore la lutte.
    La brisée, qui mieux que tout autre le comprenait, avait saisi sa carabine et il épaulait déjà prêt à faire feu, quand Matador, bien que blessé lui même, s'élança sur le sanglier et le saisissant à l'écoute de gauche, s'y cramponna si bien que ce dernier malgré tous ses efforts, ne put parvenir à se débarrasser de son étreinte.
    Alors commença une lutte épique: les chiens acharnés à sa perte lui infligeaient les plus terribles morsures; lui de son coté ripostait vaillamment en frappant à droite et à gauche et à chaque coup répondait un hurlement plaintif, tandis que l'un des chiens roulait le flanc ouvert, les intestins pendant sur le sol.
    Mis dans l'impossibilité de tirer dans la crainte de blesser les chiens, La Brisée allait se décider à servir l'animal au couteau de chasse, quand ce dernier, tiraillait en tous sens, réduit aux abois, et se sentant à bout de forces, parvint par un dernier effort, à gagner la tourbière et se précipita tête baissée dans l'abîme entrainant avec lui ses plus mortels ennemis.
    "Tonnerre de Brest!" s'écria le piqueur en se précipitant à bas de son cheval pour se porter au secours des chiens.
    Il était trop tard hélas! le sanglier, poursuivant son œuvre vengeresse, s'était éloigné du bord et se trouvait hors de portée, il enfonçait peu à peu, et son petit œil perçant, lançait des éclairs en fixant la rive, sur laquelle restaient immobiles les témoins de cette scène étrange.
    Quelques instants plus tard, tout était terminé, les victimes avaient disparu à jamais, et la tourbière avait repris son allure endormie.
    Le retour fut triste; ne venions nous pas de perdre nos meilleurs chiens de tête. C'est égal, c'était un brave que ce ragot, et il est mort au champ d'honneur!

    (C.d'Amezeuil.1883)
    Il y a 2 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 4 jours
  • Webmaster uploaded a video.
    Il y a 5 jours