CHASSE ACTU

Le petit münsterländer

petit-munsterlander

Caractéristiques :

Cet épagneul allemand, très élégant, mesure entre 50 et 56 cm au garrot (entre 60 et 62 cm pour le grand mûnsterlânder). Sa tête est sèche, avec un crâne pas très large et un stop marqué. Son museau est robuste, long et droit. Ses oreilles sont larges et attachées haut, collées à la tête. Sa poitrine est profonde. Ses pattes sont droites et frangées. La queue, avec un long panache, est horizontale. Sa robe est brun et blanc ou brun rouan. Son poil est de longueur moyenne, plat et un peu ondulé. Ses yeux sont bruns, aussi foncés que possible.

Parc de chasse de Baville

 

Aptitudes à la chasse :

Le petit épagneul de Munster n'est pas sans évoquer l'épagneul breton. C'est un excellent chien de chasse, participant en Allemagne à des épreuves complètes qui exigent du chien des qualités à l'arrêt des gibiers à plume ou à poil, au rapport, au pistage et à l'eau. La plaine, le bois, le marais, tout lui convient. Son flair est très fin, sa quête active ne le conduit cependant pas à s'éloigner de celui qui l'accompagne. Regroupant les qualités du spaniel et d'un chien d'arrêt, il chasse sous le fusil et est devenu en France un spécialiste de la chasse du lapin.

Alimentation :

Ses besoins alimentaires sont raisonnables : 300 g de viande par jour pour une ration ménagère, et quasi le double en période de chasse. Une alimentation industrielle, étudiée pour satisfaire les besoins de chaque animal en fonction de son âge, lui conviendra également.

 
Conseils :
Education

Il a du caractère et demande de la part du maître de la fermeté. Son intelligence en fait cependant un élève doué. Son éducation doit être méthodique et chaque point traité avec précision.

En ville

Gentil et affectueux avec ses maîtres, il s'habitue bien à la ville, mais il est préférable qu'il dispose d'un jardin pour se dépenser. Sinon, des balades régulières suffiront à son équilibre.

 
 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 6 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 6 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 7 jours