CHASSE ACTU

Basset artésien Normand

basset-artesien

Caractéristiques :

Très long par rapport à sa taille, il présente une tête en forme de dôme, à l'aspect un peu décharné, avec de grands yeux foncés, calmes et sérieux, des oreilles attachées aussi bas que possible, très longues et tire-bouchonnées. Ses membres sont courts et gros, tors ou demi-tors, les cuisses sont très musclées et forment avec la croupe une masse quasi sphérique. Le fouet, assez long, est porté en sabre. La robe, au poil ras et court, est tricolore ou bicolore (blanc et orange). Le tricolore est marqué de fauve, avec un manteau ou des taches noirs ou poil-de-lièvre, l'extrémité des poils étant fauve.

Parc de chasse de Baville

 

Aptitudes à la chasse :

À l'aise sur tous les gibiers, le basset artésien normand demeure toutefois plus indiqué pour le lapin et le lièvre. Plutôt chien de plaine ou de futaie claire, il mène bien à son rythme le gibier jusqu'au chasseur posté. Docile et obéissant, il peut composer une petite meute ou aider à la chasse en solo.

Alimentation :

II faut compter 320 g de viande par jour pour la ration ménagère. Mais une alimentation industrielle lui conviendra tout aussi bien, si ce n'est mieux, car elle apporte au chien tout ce dont il a besoin. Evitez de le nourrir en dehors du ou des repas, car il pourrait prendre de l'embonpoint.

 
Conseils :
Education

-Intelligent, fidèle et affectueux, le basset artésien normand est une bonne pâte qui se laisse facilement prendre en main. Une éducation progressive donnera au chasseur un auxiliaire de confiance.

En ville

Il peut vivre en appartement, et est d'ailleurs fort apprécié comme animal de compagnie. Fidèle, il aime vivre auprès de son maître et s'entend bien avec les enfants. Pourtant, il a besoin de beaucoup d'exercice. Il faut lui offrir des sorties quotidiennes assez longues mais, surtout, de longues promenades le week-end-

 
 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours