CHASSE ACTU

Chien courant Suisse

chien-courant-suisse

Caractéristiques :

Le chien courant suisse recouvre quatre variétés : le schwytzois, le bruno du Jura, le bernois et le lucernois. C'est leur robe qui les distingue : elle est blanc et orange pour le schwytzois, bleue avec des taches feu ou brunes pour le lucernois, blanc et noir pour le bernois, et brune avec une selle noire ou noire avec du feu sur la tête et sur les parties inférieures du corps pour le bruno du Jura. Il est de taille moyenne, passablement allongé et noble. Sa tête est sèche, avec un museau allongé, de grandes oreilles attachées bas et en arrière, tire-bouchonnées. Les membres antérieurs sont forts et bien d'aplomb, l'arrière-main est puissante et musclée, et la poitrine profonde.

Parc de chasse de Baville

 

Aptitudes à la chasse :

Le courant suisse a toujours été réputé comme chien de chasse du lièvre. Il est requérant, fin de nez et collé a la voie. C'est aussi un excellent rapprocheur, apprécié en cela des chasseurs de sangliers. On lui reconnaît aussi une grande souplesse de caractère et une très belle gorge de hurleur. C'est un chien actif et passionné, mais docile et obéissant.

Alimentation :

Rustique, il n'est pas difficile et accepte aussi bien la pâtée maison que la nourriture industrielle, sèche ou humide. Il faut compter environ 420 g de viande par jour pour la ration ménagère, sans oublier les légumes et les compléments alimentaires indispensables à une nutrition équilibrée.

 
Conseils :
Education

Plutôt soumis, doux et confiant, il a besoin d'une éducation progressive. Ensuite, entré dans son rôle, il s'en acquittera à merveille, car ce chien est très intelligent.

En ville

Dans son pays d'origine, les chasseurs possèdent un seul chien, qui vit le plus souvent à la maison.

 
 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 6 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 6 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 7 jours