CHASSE ACTU

Ariégeois

ariegeois

Caractéristiques :

Fin et léger, avec une tête sèche et allongée, des oreilles fines, papillotées et attachées bas, l'ariégeois est un chien distingué. Ses yeux foncés, bien ouverts, ont une expression caressante, sa truffe est bien ouverte, et son cou est long et légèrement arqué. Son dos est généralement assez soutenu, sa poitrine profonde, ses membres antérieurs, bien d'aplomb, sont larges à l'avant-bras. Le fouet, en forme de sabre, est porté gaiement. La robe, au poil fin et serré, peut être noir et blanc, parfois mouchetée avec du feu pâle aux joues et au-dessus des yeux.

Parc de chasse de Baville

 

Aptitudes à la chasse :

Ce spécialiste du lièvre pratique également la chasse à tir de tous les gibiers. Du briquet, dont il est issu, il a gardé l'intelligence, la vivacité et la ténacité. Du gascon-saintongeois il a repris les qualités de chien d'ordre, le nez très fin et la gorge. En résumé, l'ariégeois représente un bon compromis, les qualités de l'un palliant les défauts de l'autre. II est bon pour le lièvre, le chevreuil et le sanglier, et adroit sur le rapprocher.

Alimentation :

En période de travail, doublez sa ration, qui s'élève en temps normal à 430 g de viande par jour environ, ou l'équivalent en aliment humide ou complet sec. Rustique, il n'est pas difficile en la matière, mais a besoin, comme tous les chiens, surtout quand ils sont sollicités pour le travail, d'une alimentation équilibrée.

 
Conseils :
Education

Plus docile que son ancêtre le briquet, il n'est pas difficile à prendre en main, pourvu que l'on s'y consacre quand il est jeune. Une éducation progressive, fondée sur les exercices traditionnels, se montre vite payante.

En ville

Parmi les rares courants capables de chasser en solo, l'ariégeois peut vivre en appartement, car il vivait autrefois dans les fermes de sa région natale.

 
 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours