CHASSE ACTU






Caractéristiques :

Puissant et d'allure noble, ce chien a un air doux, un peu triste, avec une tête allongée, forte et à la peau ridée. Sa truffe est développée, les babines tombantes, de même que la paupière inférieure, qui laisse apparaître la muqueuse oculaire. Ses oreilles sont caractéristiques : longues, fines et papillotées, elles sont attachées très bas ainsi que sa queue, portée en faucille. De ses antérieurs forts à sa poitrine développée, de sa cuisse large à son dos bien soutenu, tout dénote chez lui la puissance. Son poil, fourni, est blanc avec des taches noires, truité. Des pastilles feu maquillent le dessus de ses yeux, de même que ses joues, ses babines, ses oreilles et sa queue.

Aptitudes à la chasse :

Ce courant, très fin de nez et tenace, est un excellent rapprocheur. Pisteur de choc à la gorge puissante, particulièrement résistant et mordant, le grand bleu de Gascogne était autrefois utilisé et largement apprécié comme chasseur de loup. Surtout
employé à la chasse du lièvre, mais aussi à celles du sanglier et du chevreuil, c'est un spécialiste des voies difficiles, capable de chasser sur les sols les plus arides, et aussi par temps chaud.

Alimentation :

Ce chien rustique n'est pas exigeant en la matière. Comptez 500 g de viande par jour, ou l'équivalent en aliment complet sec ou humide (plus économique). Si vous optez pour la pâtée maison, ayez soin d'y ajouter tous les compléments alimentaires nécessaires à la santé et aux performances du chien.

Soumis, comme tous les chiens de meute, ce chien ne pose pas de problème particulier d'éducation. La manière douce, fondée sur un
apprentissage progressif, reste la meilleure.

Ce chien de meute est fait pour vivre en chenil, avec un espace suffisant pour qu'il puise s'ébattre à sa guise. La ville n'est pas indiquée pour lui.



Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours