CHASSE ACTU

Caractéristiques :

Sa tête est typique, grande dans toutes ses dimensions hormis dans sa largeur, avec un crâne très haut et pointu, et l'os occipital très développé. Ses babines et ses oreilles sont très longues. Son fouet est porté en courbe et plus haut que la ligne du dos. Sa hauteur au garrot atteint 67 cm chez le mâle, 60 cm chez la femelle. Sa robe est noir et feu, unicolore feu, brun et feu. Ses yeux

sont brun noisette foncé, avec une paupière pendante qui montre la muqueuse oculaire. C'est un chien lourd et massif, à la démarche lente.

Aptitudes à la chasse :

Chien de la vénerie royale pendant des siècles, le saint-hubert est un pisteur émérite. Le meilleur pisteur de tous les chiens courants. Excellent limier et rapprocheur au flair sûr, persévérant, il a pourtant été exclu des chasses à courre en raison de sa lenteur. II est aujourd'hui utilisé comme chien de sang par les chasseurs à tir et figure dans quelques rares meutes, pour le chevreuil, le cerf ou le sanglier.

Alimentation :

Le saint-hubert pèse entre 40 et 48 kg, et il faut compter quelque 700 g de viande par jour. Il est important de lui donner une alimentation équilibrée pour compenser sa dépense en énergie. En période de chasse, ses besoins sont accrus. Cependant, pour obtenir un chien robuste et résistant, il n'est pas nécessaire de le gaver de produits vitaminés.

Ce chien a un don inné pour la chasse et le pistage. Nécessairement pris en main très tôt, il a besoin d'une éducation progressive pour l'apprentissage du métier et de la discipline. Ce cœur tendre adore son maître. Sensible, il a besoin d'une certaine douceur et réagit très mal à la brutalité.

Son volume rend difficile sa présence dans un appartement, où d'ailleurs il n'a guère sa place.

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 5 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 5 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 6 jours