CHASSE ACTU

 

Les poudres de chasse vendues en France sont fabriquées par la S.N.P.E. (Société Nationale des Poudres et Explosifs). La poudre noire n'est plus employée que dans les anciens fusils et pour le chargement des répliques d'armes anciennes.


Les poudres actuellement fabriquées par la S. N. P. E. pour les armes lisses sont :

- la poudre T, qui est de beaucoup la plus connue; elle a été mise en vente en 1900 et va bientôt être abandonnée; - les poudres venues bien plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, et qui comportent en particulier des poudres progressives permettant de propulser des charges lourdes, comme les poudres Ba2, Ba3 et Ba6;

- les poudres sphériques S2 et S3;

- enfin, la série des poudres A pour chargements classiques : AO pour balles, Al, A2 et A3.


Ces poudres ne sont en principe vendues qu'aux encartoucheurs.


Autrefois, le chargement des cartouches par les chasseurs était beaucoup pratiqué en France. Aujourd'hui, cette pratique a pour ainsi dire disparu. La cause en est certainement que le prix des cartouches industrielles, fabriquées sur des machines automatiques à grande production, est devenu inférieur au prix des cartouches faites soi-même. Il n'est pour s'en convaincre que de comparer les prix des composants de rechargement, dans un catalogue, avec les prix de certaines cartouches bon marché.

 

cartouche de chasse

 

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 3 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 3 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 4 jours