CHASSE ACTU

Cinéma : sortie demain "La vallée des loups"

Dès que l’on parle de loup, sur Chasse Passion, et partout dans le monde cynégétique, les visages se crispent et les positions se figent très rapidement.

valle-loups

Demain mercredi sort dans les salles obscures un long métrage entièrement dédié à canis lupus… Quelle position aura-t-il concernant la chasse, en aura-t-il une ? Nous ne savons pas, et à vrai dire ce n’est pas cela qui nous motive à aller le voir. Même si le film a reçu le soutien de nos « amis » de la LPO, nous avons hâte d’aller le regarder pour de multiples raisons.

Ce film est en réalité une sorte de reportage en immersion, car il est filmé et réalisé par une seule personne : Jean-Michel Bertrand. Ce dernier nous emmène avec lui au fin fond d’une vallée des Alpes durant des mois et des mois, afin de pister et traquer les loups pour les filmer. C’est donc caméra sur l’épaule, avec sa tente et tout son équipement, que le cinéaste va chercher et faire preuve de ruse pour filmer cet animal mythique. Assisté de nombreuses caméras à déclenchement automatique, Jean-Michel Bertrand nous ramène des images de faune sauvage magnifique. Les paysages Alpins quant à eux sont à couper le souffle. La Vallée des loups c’est un film né d’une passion dévorante pour la nature, la même passion qui est présente en chaque chasseur.

Communauté

  • sabal237 est ami avec OLERON
  • jeanmi43s
    Il y a 4 jours

    Quelque pénible, quelque dangereuse que soit la chasse du chamois, où il n'est que trop fréquent de voir des hommes perdre la vie en roulant au fond des précipices, il est incroyable à quel point la passion pour cette chasse domine ceux qui s'y sont une fois adonnés. On en jugera par le trait suivant: "J'ai connu, dit M.de Saussure, un jeune homme de la paroisse de Sixt, bien fait, d'une jolie figure, qui venait d'épouser une femme charmante. Il me disait: Mon grand père est mort à la chasse, mon père y est mort, et je suis si persuadé que j'y mourrai,

    jeanmi43s que ce sac que vous me voyez, monsieur, et que je porte à la chasse, je l'appelle mon drap mortuaire, parce que je suis sûr que je n'en aurai jamais d'autre. Et pourtant, si vous m'offriez de me faire ma fortune, à condition de renoncer à la chasse du chamois, je n'y renoncerais pas. " Le pressentiment de ce jeune homme se vérifia, car, deux ans après, M. de Saussure apprit que le pied lui avait manqué au bord d'un précipice. Il avait subi la destinée à laquelle il s'était si bien attendu.

    (Jacques Lacombe 1795)
    Il y a 4 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 4 jours