CHASSE ACTU

Fiche pratique n°6 : Les différentes catégories de pièges

Les pièges sont classés en cinq catégories, tous nécessitent un numéro d’agrément afin d’être utilisés légitimement. Les catégories déterminent les différentes obligations dont vous devez vous acquitter afin d’utiliser ces pièges. Pour tous, vous devrez tenir à jour un relevé journalier des prises, le contrôle des pièges tendus doit être effectué impérativement avant midi, dans les deux heures qui suivent le levé du soleil pour certains d’entre eux, enfin, votre numéro d’agrément doit être marqué sur chacun des pièges utilisés.

1ere catégorie : boites à fauves, belletières, nases, pièges-cages, …

boite-fauvePlus généralement, les pièges appartenant à la première catégorie ont pour but de capturer un animal sans le blesser ni le tuer mais simplement de le contenir dans un espace clos. Ces pièges ne doivent pas obligatoirement être homologués, cependant leur mise en place nécessite impérativement une déclaration en mairie de la commune sur laquelle vous allez piéger. Vous pouvez recourir à l’usage d’appelants, si ce dernier est identique à l’espèce convoitée (ex. corbeau dans une corbeautière) aucune contrainte particulière n’est imposée. En revanche, si vous avez recourt à l’utilisation d’appelants différent que l’espèce recherchée (ex. poule pour piégeage du renard), dans ce cas l’appelant doit être dans une cage compartimenté afin d’éviter le contact direct avec le prédateur.

2eme catégorie : pièges tuants : piège à œuf, piège en X, piège à appât carné, …

piege-xCes pièges étant conçus pour tuer, la réglementation qui les entoure est plus stricte que pour la première catégorie : les pièges doivent être homologués (présence du cigle PHE), votre numéro d’agrément doit être présent sur chacun d’entre eux, une déclaration en mairie est obligatoire. L’utilisation de ces pièges dans des coulées est strictement interdite, de même que leur utilisation à moins de 200 mètres d’habitations ou de 50 mètres de voies ouvertes au public.

3eme catégorie : Collets à arrêtoirs

colletUnique piège constituant cette catégorie, le collet à arrêtoir est très efficace pour le piégeage du renard. Le piège doit obligatoirement être homologué (présence du cigle PHE), une déclaration en mairie est également indispensable. Vous devrez effectuer le relevé de ce piège dans les deux heures qui suivent le levé du soleil. Généralement utilisé en coulée, le collet doit être équipé d’un arrêtoir fixe qui évitera l’étranglement de l’animal.

La pose du collet à arrêtoir est rigoureusement réglementée afin de sélectionner les prises : le collet doit être positionné à minimum 18 cm du sol, 22 cm au maximum, son ouverture ne doit pas excéder les 20 cm de diamètre. Un émerillon doit être apposé à la base du collet afin de permettre à l’animal des mouvements sans étranglement. Vous pouvez également placer ce type de piège en sortie de terrier, dans ce cas les mesures ne doivent pas être prises en compte.

4eme catégorie : les pièges à lacets : belisle, billard, godwin, …

belisleLes pièges appartenant à cette catégorie n’ont pas pour but premier de tuer l’animal mais de le retenir par une partie de son corps grâce à la projection d’un lacet. Ce dernier doit être équipé à sa base d’un émerillon permettant à l’animal capturé de bouger sans risquer de nouer le câble. Les pièges doivent être homologué (présence du cigle PHE), vous devrez impérativement relevés ceux-ci dans les deux heures qui suivent le levé du soleil.

5eme catégorie : pièges entrainant la mort par noyade

piege-noyadeInterdits dans la majorité des départements Français, le recourt à ces pièges entrainant la mort par noyade de l’animal est principalement destiné au piégeage des rats musqués. Contactez votre fédération départementale de chasse afin de vous assurer de la possibilité d’utiliser ces pièges.



picto-download-fr

 


Communauté

  • jeanmi43s histoires de chasse
    Il y a 2 jours

    La situation était des plus critiques, car partout c'était la mort en perspective. En brave, qui n'ignore pas que c'en est fait de lui, mais qui du moins veut lutter jusqu'au bout et vendre chèrement sa vie, le sanglier vint s'adosser contre le mur et fit tête à la meute grouillante et mordante qui en un instant l'assaillit de tous cotés, cherchant à le saisir aux écoutes.
    Raidissant ses membres puissants et se secouant de droite et de gauche, le ragot se débarrassa de la grappe dévorante qui lui tenaillait la chair, puis, comme la foudre, tombant au milieu des chiens,

    jeanmi43s il décousit en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, trois des plus mordants, puis, de nouveau vint s'acculer au mur. L'œil en feu, les soies hérissées, le ragot était vraiment superbe d'attitude à cette heure, et bien que blessé déjà et perdant son sang en abondance, il semblait de taille et de force à continuer longtemps encore la lutte.
    La brisée, qui mieux que tout autre le comprenait, avait saisi sa carabine et il épaulait déjà prêt à faire feu, quand Matador, bien que blessé lui même, s'élança sur le sanglier et le saisissant à l'écoute de gauche, s'y cramponna si bien que ce dernier malgré tous ses efforts, ne put parvenir à se débarrasser de son étreinte.
    Alors commença une lutte épique: les chiens acharnés à sa perte lui infligeaient les plus terribles morsures; lui de son coté ripostait vaillamment en frappant à droite et à gauche et à chaque coup répondait un hurlement plaintif, tandis que l'un des chiens roulait le flanc ouvert, les intestins pendant sur le sol.
    Mis dans l'impossibilité de tirer dans la crainte de blesser les chiens, La Brisée allait se décider à servir l'animal au couteau de chasse, quand ce dernier, tiraillait en tous sens, réduit aux abois, et se sentant à bout de forces, parvint par un dernier effort, à gagner la tourbière et se précipita tête baissée dans l'abîme entrainant avec lui ses plus mortels ennemis.
    "Tonnerre de Brest!" s'écria le piqueur en se précipitant à bas de son cheval pour se porter au secours des chiens.
    Il était trop tard hélas! le sanglier, poursuivant son œuvre vengeresse, s'était éloigné du bord et se trouvait hors de portée, il enfonçait peu à peu, et son petit œil perçant, lançait des éclairs en fixant la rive, sur laquelle restaient immobiles les témoins de cette scène étrange.
    Quelques instants plus tard, tout était terminé, les victimes avaient disparu à jamais, et la tourbière avait repris son allure endormie.
    Le retour fut triste; ne venions nous pas de perdre nos meilleurs chiens de tête. C'est égal, c'était un brave que ce ragot, et il est mort au champ d'honneur!

    (C.d'Amezeuil.1883)
    Il y a 2 jours
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 4 jours
  • Webmaster uploaded a video.
    Il y a 5 jours